Ne plus se sentir obligé de répondre aux attentes des autres

Vous allez découvrir 3 clés pour ne plus vous sentir obligé de répondre aux attentes des autres. 

Avez-vous déjà eu le sentiment de devoir vous conformer aux attentes des autres, en faisant par exemple tel choix plutôt qu’un autre ? 

Avez-vous déjà eu l’impression de vous sentir enfermé comme dans une prison, avec ce sentiment de devoir satisfaire les attentes des autres ?

En effet, on fait passer en priorité les attentes de sa famille, de son conjoint, de ses amis…et on finit par s’oublier jusqu’au jour où on en a assez !

Et là, on se retrouve bloqué dans un rôle qu’on a joué pendant des années et dont il est difficile de sortir, sans oublier son entourage qui peut ne pas nous comprendre, voire mal le prendre ! 

C’est pourtant nécessaire si vous voulez vivre une vie plus épanouie dans laquelle vous pensez à vous et surtout à vos envies. 

Comment arrêter de satisfaire les attentes des autres, sans passer pour un égoïste ? 

Qu’est-ce qui peut vous aider à changer votre posture face aux autres mais également face à vous-même pour éviter de culpabiliser ?

Comment savoir si on est à sa place

Avant de vous donner les 3 clés pour vous aider à passer de la posture “Je suis là pour répondre aux attentes des autres” à celle “Ce n’est pas mon rôle de répondre aux attentes des autres. Je suis là pour satisfaire à mes propres attentes”, j’aimerais partager une de mes réflexions.

Lorsque j’étais encore étudiante (cela date un peu…), j’avais croisé un ancien copain de lycée sur le campus et je me rappelle lui avoir demandé quelle filière avait-il choisi.

Et là il me répond :”Ben dentaire !”. Pour lui, c’était une évidence d’avoir choisi la même orientation professionnelle que son père qui était lui-même dentiste.  

En effet, il arrive que nous ayons les mêmes centres d’intérêts que nos parents… Ou pas…

Parfois on peut se sentir obligé de suivre telle ou telle voie pour satisfaire aux attentes de la famille. Ces attentes ne sont d’ailleurs pas toujours formulées. 

Alors je ne dis pas que c’était le cas de ce copain en question mais je m’étais demandée quel était le nombre de personnes qui avaient choisir telle filière plutôt qu’une autre pour que leurs parents puissent se dire qu’ils avaient réussi dans la vie. Ce n’est pas toujours conscient.

C’est une réflexion que j’avais pu avoir mais avec le recul, ce que je jugeais chez les autres étaient le reflet de ma propre réalité. Je me rends compte avoir choisi un métier pour que mes parents soient fiers de moi. 

Cette réflexion peut s’élargir à d’autres sphères comme la sphère amicale. 

Parfois, on peut se sentir obligé de continuer à voir des amis qu’on n’aime pas tant que ça mais on a peur de les blesser, de les vexer… 

Le problème est que plus on fait des choix en fonction de ce que l’on croit devoir faire, plus son feu intérieur s’éteint, à force d’étouffer ses élans…

Alors on ne s’en rend pas toujours compte mais l’un des indicateurs est souvent cette sensation que l’on peut ressentir de ne pas se sentir aligné et d’avoir le sentiment de ne pas agir en accord avec soi-même.

 

La 1ère clé est de faire de soi sa priorité et ne plus répondre aux attentes des autres 

 

 

Concrètement, il s’agit d’être à l’écoute de soi et de ses besoins.

Ainsi, si vous ressentez le besoin de prendre du temps pour vous, parlez-en à votre entourage.

Certaines personnes de votre entourage vont vous comprendre et vont même vous encourager dans cette démarche, alors que d’autres personnes auront plus de mal à l’accueillir :

  • Soit ils comprendront mais ils continueront, parfois malgré eux, à vous solliciter comme avant. C’est toujours dur de changer ses habitudes, surtout lorsqu’elles sont bien installées.
  • Soit ils ne comprendront pas votre décision et s’y opposeront parce qu’elle qui leur sembleront saugrenues ou totalement infondées. Ce sont malheureusement des choses qui arrivent.

Dans tous les cas, c’est important de vous choisir.

Cela demande de changer vos propres habitudes, notamment en réorganisant votre temps et en vous libérant des créneaux pour vous dans votre emploi du temps.

Lorsque vous vous offrez des moments où vous pensez à vous et que vous laissez de côté les contraintes du quotidien, il ne s’agit pas de vous obliger à passer ces moments seul.e avec vous-même.

Vous pouvez passer ces moments avec des amis mais l’important est que vous répondiez à vos envies.

Par exemple, si vous décidez de voir une amie, vous devez vous demander si ça vous fait vraiment plaisir.

Si vous vous dites que ça pourrait lui faire plaisir ou que vous pouvez le blesser si vous n’allez pas la voir, il y a de forte de chance que vous répondiez davantage aux attentes de l’autre plutôt qu’à vos propres attentes.

Toutefois, il est important dans ces moments de vous retrouver un peu seul.

C’est ce qui va vous permettre de vous reconnecter à vous-même et vos aspirations, désirs profonds.

Vous pouvez aller au cinéma, vous poser dans un parc pour lire ou pourquoi pas ne rien faire ! Suivez vos envies !

Et là le gros challenge, surtout pour les personnes qui doivent allier leur travail avec leur vie de famille, est qu’elles ont très peu de temps à leur disposition.

Si c’est votre cas, vous pouvez commencer par prendre des rdv avec vous-même, ça peut paraître bizarre mais vous aurez plus de chance d’honorer ce rdv.

Et si vous êtes amené à le déplacer, je vous conseille de prévoir directement un nouveau créneau.

Pour ma part, je suis beaucoup dans le faire et j’ai beaucoup de mal à me poser pour prendre des moments off. Le fait de le prévoir dans l’agenda m’a beaucoup aidé.

Au départ, je le déplaçais de semaines en semaines. Jusqu’au moment où j’en ai eu marre de le déplacer et je me dis qu’il était peut-être temps de prendre ce moment off.

Donc cela marche !

Demandez-vous aussi s’il n’y a pas certaines activités que vous pouvez peut-être réduire.

Par exemple, il arrive de se plaindre de manquer de temps, alors qu’on scrolle  sur les réseaux sociaux. C’est vite addictif ! On ne voit pas le temps passé !

Et pourtant on se dit manquer de temps. Ce tous sont nos paradoxes en tant qu’être humain !

 

La 2ème clé est d’arrêter de se justifier et ne plus répondre aux attentes des autres

Encore dernièrement, une personne m’a demandé un service mais cela tombait vraiment mal pour moi. J’ai donc refusé mais je me suis justifiée… 

Et là je me suis dit que “C’est bien de mettre les formes mais pourquoi donner une excuse ?” 

On a le droit de ne pas être disponible. On a le droit de dire non. On a le droit de poser ses limites. 

J’apporterai une nuance qui concerne surtout la sphère personnelle. Il peut arriver qu’une personne vous demande un service.

Au fond de vous, vous n’y êtes pas opposé mais simplement ça tombe mal. Dites-lui clairement en lui proposant un autre moment.

On peut parfois avoir pris l’habitude de répondre à une sollicitation sur le champ. La personne vous demande quelque chose et vous y répondez toute suite.

Dans ce cas, ce n’est pas le fait de lui rendre service qui peut vous agacer mais le fait de vous sentir obligé d’y répondre toute suite.

Or, la personne peut attendre. Vous n’êtes pas à disposition.

Et là vous avez peut-être besoin de revoir simplement votre positionnement. 

Cela marche dans l’autre sens : Avez-vous tendance à vouloir que les choses que vous demandez soient réalisées toute suite ? Ou pas ? 

Il peut être intéressant d’observer l’effet miroir qu’il peut exister entre ce que l’on attend, voire exige des autres et ce que l’on a tendance à vouloir satisfaire chez les autres.

Si vous voulez que votre nouvelle posture soit bien accueillie par votre entourage, vous pouvez aussi anticiper en leur disant que tel ou tel moment vous ne serez pas disponible.

 

 

La 3ème clé consiste à communiquer avec son entourage sans se sentir obligé de répondre a leurs attentes

Revenir en soi

Il est important de dire les choses. Les autres ne peuvent pas deviner vos pensées. 

C’est votre communication qui va permettre à votre entourage d’apprendre à faire sans vous. 

Et quand je dis ça, vous pouvez peut-être une petite voix vous dire “mais comment vont-ils faire sans moi ?”.

Il arrive qu’une part en nous croit être indispensable. C’est d’ailleurs souvent elle qui nous empêche de déléguer certaines tâches. Elle travaille souvent en étroite collaboration avec le perfectionniste.  

Sans entrer dans le détail, se sentir indispensable répond à deux besoins liés à l’estime de soi, à savoir se sentir compétent et se sentir aimé. 

Et d’ailleurs on peut craindre, le plus souvent inconsciemment, de ne plus être indispensable.

Or, pour arrêter de satisfaire les attentes des autres, la priorité ce sera vous et donc il va bien falloir que les autres fassent sans vous. 

En conclusion :

Ne plus se sentir obligé de répondre aux attentes des autres consiste à faire de vous votre priorité, sans vous justifier, tout en communiquant clairement avec votre entourage.

C’est valable pour la sphère personnelle mais aussi professionnelle. C’est votre posture qui va faire évoluer vos relations. 

C’est ce qui va vous permettre de répondre à vos attentes et donc de vous sentir réellement épanoui. Il est vrai, notamment lorsqu’on est tourné vers les autres, qu’on peut aimer rendre service et faire plaisir aux autres mais il me semble important de ne pas nous oublier dans l’équation. 

Si vous voulez commencer à faire de vous votre priorité, j’ai créé un atelier gratuit : 3 étapes pour faire les bons choix pour soi.

Il va vous permettra d’identifier clairement quelles sont vos priorités pour vivre une vie qui vous ressemble vraiment ! C’est ce qui va vous permettre de vous sentir pleinement épanoui.

Revenir en soi

A l’époque, lorsque je me définissais comme une éternelle indécise, je ne savais pas réellement ce que je voulais.

Je n’étais pas connectée à mes envies, à mes émotions et donc à mes besoins. C’est pourquoi il est important de revenir au corps. 

Les émotions qui nous traversent sont là pour nous donner des informations sur nos besoins. 

C’est souvent parce que certaines d’entre elles sont désagréables, que l’on préfère se couper de ses émotions.

 En tant qu’être humain, nous n’aimons pas ce qui peut être désagréable. 

Or, en réalité, les émotions ne font que passer. Elles sont très furtives. A partir du moment où elles ont délivré leur message, elles repartent. 

Là aussi, c’est un travail sur moi qui m’a permis d’apprendre à accueillir mes émotions et finalement à mieux comprendre mes besoins. 

La source de notre manque d’épanouissement, qu’il s’agisse de la sphère personnelle ou professionnelle, est souvent liée au manque d’écoute de nos besoins. 

Par exemple, si un multipotentiel ignore son fonctionnement ou ne l’assume pas, il va sentir un manque de sens dans ce qu’il fait. Ce manque est là pour lui indiquer qu’il ne répond pas à une de ses besoins, comme le besoin d’apprendre de nouvelles choses ou d’exprimer sa créativité. 

C’est pourquoi une meilleure connaissance de soi permet de vous créer une sorte de boussole intérieure qui facilite ainsi vos choix et vos prises de décision. 

Vous éprouvez ainsi beaucoup moins le besoin de solliciter les autres pour vous conforter dans vos choix. 

De plus, si vous savez vraiment ce qui est important pour vous, vous allez allumer un feu intérieur qui va vous aider à surmonter beaucoup plus facilement vos peurs. 

Conclusion :

 

Comme premier pas, j’ai créé un atelier gratuit : 3 étapes pour faire les bons choix pour soi. Il va vous permettre de vous reconnecter à vous-même. 

L’objectif est de vous aider à retrouver de la clarté dans ce que vous voulez vraiment pour pouvoir concentrer votre énergie là-dessus.

Il va vous apporter des repères qui vous aideront à faire les bons choix et prendre les bonnes décisions qui vous correspondent vraiment.

Vous pourriez également aimer lire…

Faire un choix quand on a trop d’idées

Faire un choix quand on a trop d’idées

    Vous avez peut-être tendance, comme moi, à avoir beaucoup d’idées ! Et donc vous vous éparpillez ou alors vous vous perdez dans ce flot d’idées et vous avez des difficultés à choisir...

lire plus
Comment penser à soi avant de penser aux autres, sans culpabiliser ?

Comment penser à soi avant de penser aux autres, sans culpabiliser ?

Faire systématiquement passer les autres avant soi peut nous paraître naturel. Or, avec un tel mécanisme, nous ne faisons malheureusement pas partie de l’équation dans le sens où la relation s’en trouve déséquilibrée. A force de mettre de côté ses envies, on peut avoir le sentiment de se sacrifier pour l’autre et on finit par le lui reprocher.

lire plus
Share This