Comment trouver sa place dans la vie ?

Vous allez découvrir comment trouver votre place dans la vie ? Comment savoir si on est à sa place

Peut-être que vous vous demandez aujourd’hui si vous êtes à votre place ? Si vous êtes au bon endroit ?

Ce questionnement peut concerner finalement toutes les sphères de sa vie : professionnelle, familiale, amoureuse…

C’est un paramètre de notre vie qui est amené à évoluer au fur et à mesure de nos expériences et apprentissages.

En effet, on peut se sentir bien à un instant T dans une situation, qui peut très bien ne plus nous convenir à un instant T + 1.

C’est justement lorsque vous ressentez des émotions partagées, de la frustration et vous avez même parfois l’impression de tourner en rond avec toutes ces sensations inconfortables.

Vous doutez, vous hésitez et votre discours intérieur incessant vous pousse à faire semblant que ce soit au travail, en famille ou en couple.

Vous  ne vous sentez pas alignés avec vous-même. C’est ce qui vous fait penser que vous n’êtes pas à votre place. 

Et là vous vous retrouvez en quête de réponses, alors qu’une part à l’intérieur de vous connait la réponse mais on ne l’écoute pas toujours !

Or, c’est en vous sentant à votre juste place que vous allez ressentir un réel bien-être intérieur, que vous allez pouvoir exprimer vos talents, vous accomplir, et vous épanouir vraiment ! 

Dans cet article, je vais partager avec vous les étapes par lesquelles je suis passée pour trouver ma place.

Comment savoir si on est à sa place

Comment savoir si on est à sa place ?

Pour savoir si vous êtes à votre place, il s’agit d’être attentif à vos ressentis, à ce qu’il peut se passer dans votre corps. 

Généralement, lorsque vous vous sentez à l’aise dans un lieu ou en présence de certaines personnes, c’est qu’il y a de forte de chance que vous soyez au bon endroit, que ce soit dans la sphère de votre vie (professionnelle, personnelle, familiale, …).

Au contraire, si vous ressentez une dissonance à l’intérieur de vous, cela peut être un des signaux à repérer.

Tel est le cas lorsqu’on fait les choses à contre-coeur ou lorsqu’on se sent obligé de dire, de faire telle chose, alors que si on s’écoutait vraiment on ne dirait, ferait autre chose. 

Pour ma part, c’est ce que j’ai ressentais à la fin de mes études.

Lors de mon dernier stage en cabinets d’avocats, je me disais que je ne me voyais pas faire ce boulot sur le long terme. Les dossiers ne m’animaient pas plus que ça.

En plus, je culpabilisais de ne pas avoir l’impression de défendre des causes, comme certains de mes collègues qui étaient très impliqués dans leurs dossiers.

Du coup, je remettais en cause mes compétences. Or, ça n’a rien à voir.

Ne pas être animé par quelque chose ne signifie pas qu’on est nul ou pas à la hauteur.

Simplement, cela ne nous fait pas vibrer. 

 

Et la première erreur que j’ai pu faire, c’est de ne pas écouter ma petite voix intérieure.

J’ai préféré étouffer ce sentiment et continuer mon chemin, comme si de rien était, sauf que c’est revenu crescendo

L’une de mes stratégies consistaient à fuir une situation qui ne me convenait pas.

Généralement, au bout d’un an et demi, je décidais de changer de structure ou alors je cherchais des alternatives comme, par exemple, envisager l’hypothèse de quitter la profession d’avocat pour devenir magistrat administratif.

C’était comme si l’herbe était plus verte ailleurs.

Or, lorsqu’on ne se sent pas à sa place, c’est un sentiment intérieur.

Par conséquent, ce sentiment nous suit. On l’emmène avec nous.

Un peu comme un sac à dos mal rangé, qui nous fait mal.

Malgré tout, on poursuit son chemin, sans prendre le temps d’y mettre de l’ordre. 

Il a fallu que je vive une situation désagréable dans laquelle j’étais en train de m’asphyxier, parce que j’acceptais l’inacceptable. Cela concernait la sphère personnelle.

Au final, il sagit d’une situation que l’on pourrait vivre sur son lieu de travail.

Et là je remercie mon monde intérieur d’avoir tiré la sonnette d’alarme avant de finir en burn out, ce qui aurait très bien pu m’arriver. 

C’est là que j’ai pris le temps de me poser pour revenir en moi et à ce qui faisait sens pour moi. 

Pourquoi je vous partage ça ?

Nous sommes souvent en mode automate.

Nous étouffons nos émotions désagréables à tel point qu’elles finissent par s’installer et de faire partie de notre quotidien.

C’est justement l’accumulation qui peut pousser au burn out.

C’est notre corps qui nous dit STOP !

 

C’est pourquoi, il me semble important d’être attentif à chaque fois que vous ressentez cette disharmonie à l’intérieur de vous, notamment lorsqu’elle commence à s’installer.

C’est souvent dans ces moments-là que surgissent des interrogations du type : 

  • Quelle est ma mission de vie ?
  • Pourquoi je me lève le matin ?
  • Quel est le sens de ma vie ? etc.

Là ce sont des indicateurs évidents que vous ne vous sentez pas à votre place !

Comment trouver vraiment sa place ?

Comment trouver vraiment sa place ?

Apprendre à mieux se connaître 

Pour cela, vous pouvez lire des livres, des articles de blog, écouter des podcasts, passer des tests

De toute façon, c’est le travail d’une vie mais il me semble important d’aller à sa rencontre pour découvrir les différentes parts à l’intérieur de soi.

C’est ce qui va vous permettre de mieux vous comprendre, de mieux connaître vos forces mais également vos faiblesses pour pouvoir mieux les accepter.

Ce sont elles qui nous posent souvent le plus de problème. Or, elles font partie de nous

Pour ma part, j’avais débuté par un bilan de compétences que j’ai regretté d’avoir fait. Je m’attendais à trouver le métier fait pour moi.

Par contre, c’est là que j’ai découvert mon profil multipotentiel et la nécessité d’avoir plusieurs activités pour éviter l’ennui et permmettre de diversifier mon quotidien. 

Par la suite, j’ai passé le test MBTI II. C’est plus mon échange avec la coach qui m’a aidée que le test en tant que tel. C’est elle qui a mis en lumière mon profil atypique.

J’ai enfin compris mon fonctionnement. Ce fut un soulagement.

Souvent lorsqu’on se sent en décalage avec les autres, on peut croire que c’est nous le problème, alors qu’en réalité, là encore, cela n’a rien à voir.

J’irai même plus loin, moins on se connait et moins on est entouré des personnes qui nous correspondent. Et c’est ce qui va créer encore plus ce sentiment de décalage.

A partir du moment où j’ai pu mettre des mots sur mon fonctionnement, je ne ressens bizarrement plus ce sentiment de décalage.

Une bonne partie de mes amis ont le même profil que moi mais pas que.

Dès lors que  ma posture a changé, mes relations ont donc évoluées. 

Après ces différentes investigations, j’allais dire « plus rationnelles », j’ai appris à me reconnecter à mon corps grâce à des thérapies psycho-corporelles.

J’ai enfin compris la phrase qu’on entend souvent dans le développement personnel “les réponses sont en nous”.

En effet mais encore faut-il apprendre à calmer le mental pour pouvoir être à l’écoute de son corps et de ses ressentis. 

Revenir en soi

Revenir en soi en instaurant une écoute de soi

Cela consiste à être attentif à ce qui se passe dans son corps.

Il y a des lieux, des situations dans lesquelles on se sent à l’aise, alors que d’autres on ressent une gêne, un inconfort.

C’est d’ailleurs pareil avec les personnes que l’on côtoie. Il y a des gens qui montent notre énergie, alors que d’autres la baisse.

C’est cette écoute fine qui va vous permettre de vous dire “telle ou telle chose semble mieux me correspondre” ou au contraire, “telle ou telle chose ne semble pas convenir”. 

Par exemple, lorsque je me replonge dans mon ancienne vie professionnelle, il y a des choses qui sonnaient faux en moi.

Comme travailler dans l’urgence. Autant j’ai besoin de deadline pour me mettre en mouvement sinon je procrastine, autant me retrouver avec un référé (qui est une procédure d’urgence) qu’il faut traiter presque du jour pour le lendemain. Ce n’était pas mon truc.

Ou alors parler « creux » comme le métier d’avocat peut nous le demander lorsqu’on défend un dossier pour lequel il est dur de trouver des arguments solides. Je ne dis pas que c’est bien ou mal. Cela n’avait pas de sens pour moi. 

Et cela, cela se passait dans mon corps. Il y avait comme une nonchalance  à l’intérieur, alors que je suis plutôt quelqu’un de dynamique. 

C’est pour cela que je vous invite d’être attentif ce qui se passe à l’intérieur de vous.

L’idée est de prendre un petit moment pour déporter son regard lorsque cela sonne faux.

S'octroyer des moments à soi

S’octroyer des moments où vous faites plaisir 

 

C’est ce qui va vous permettre de rallumer le feu à l’intérieur de soi.

Là je m’adresse surtout aux personnes qui ne savent pas vraiment à quoi elles aspirent vraiment mais aussi à celles qui savent ce qu’elles veulent mais qui ont encore du mal à s’écouter ou à se prioriser.

A ce sujet, je vous invite à lire l’article Comment penser à soi avant de penser aux autres sans culpabiliser

Je me rappelle avoir eu une discussion avec une amie quelques mois après son accouchement.

Elle s’interrogeait sur son travail. Il manquait de sens à ses yeux.

Le problème est qu’elle avait tellement pris l’habitude de ne penser qu’aux autres jusque-là, qu’elle s’était oubliée.

Elle ne savait pas ce qui la faisait vraiment vibrer

A cette époque, j’étais en formation de coaching. Elle a jouré le rôle de ma 1ère coachée. 

Parmi les exercices proposés, je lui avait demander de s’interroger sur ce qu’elle aimait faire quand elle était petite.

Cet exercice lui a permis de se reconnecter à une partie d’elle-même dont elle avait oublié l’existence. 

Ça lui a donné envie de refaire certaines choses qu’elle ne faisait plus à l’âge adulte comme, par exemple, faire de la pâtisserie ou danser sur ses musiques préférées.

Pour la petite histoire, quand j’étais petite, je m’enregistrais dans l’enregistreur cassette et je donnais des cours à mes peluches.

Aujourd’hui, je réalise des podcasts et l’une de mes passion est la transmission.

C’est en créant ma nouvelle activité que j’ai fait le lien avec mon enfance.

Je suis certaine que, pour vous aussi, votre enfance peut être source d’inspiration, dans le sens où certains souvenirs peuvent vous permettre de vous reconnecter à ce qui vous fait plaisir. 

C’est pour cela que je vous invite à vous octroyer des moments pour vous afin de vous faire plaisir.

Vous pouvez, par exemple, prendre un bain, danser, dessiner, …

Cela va déjà vous permettre de monter votre énergie et donc votre taux vibratoire mais surtout de retrouver de l’inspiration.

Ce sont notamment les activités créatives comme du dessin, de la musique, qui vont vous permettre de laisser libre court à votre imagination.

Ce sont dans ces moments-là où vous allez pouvoir vous demander :

  • De quoi ai-je vraiment envie ?
  • Et pourquoi, imaginez votre vie, si tout était possible ?

Et là, attrapez au vol toutes les idées qui peuvent émerger. 

L’objectif vous l’aurez compris est de vous reconnecter à vous-même, à ce qui a du sens pour vous et à vos rêves.

C’est tout cela qui va vous permettre de rallumer le moteur à l’intérieur de soi et de vous mettre en mouvement vers votre place.

Celle où vous vous sentez au bon endroit.

Pour cela, il est nécessaire de vous reconnecter à vous et à votre corps. Il connaît les réponses.

Pour conclure :

Finalement, trouver sa place demande d’ôter les masques et de ne pas jouer un rôle.

Trouver sa place demande d’affirmer sa personnalité avec toutes ses facettes.

Les facettes qui nous plaisent mais aussi celles qui nous plaisent le moins, même si l’exercice n’est pas aisé, je vous l’accorde.

C’est généralement ce qui nous pousse à ne pas écouter les signaux que peut nous envoyer notre corps. 

C’est en vous connectant à votre authenticité que vous allez trouver votre place.

Cela passe par une meilleure connaissance de soi et une meilleure acceptation de soi, les deux étant intimement liés.

C’est également en vous reconnectant à vos ressentis et en faisant des choses qui font plaisir que vous allez faciliter le processus.

Comme je le disais, dans l’article sur l’indécision, la procrastination et l’inaction, c’est en rallumant le moteur à l’intérieur de vous que vous allez pouvoir dépasser vos peurs et passer à l’action. 

Pour vous y aider, j’ai créé un atelier en ligne où je partage avec vous une méthode en 3 étapes pour prendre les bonnes décisions avec confiance.

C’est l’occasion de vous octroyer un moment pour vous reconnecter à vous et notamment identifier clairement quels sont vos objectifs de vie. Pas ceux que vous croyez devoir suivre mais ceux qui sont vraiment importants pour vous.

C’est ce qui va vous aider à trouver votre juste place. 

Vous pourriez également aimer lire…

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

Share This